L’ALARME ET L’OPTIMISME : PREMIERS PAS VERS 2017

Une année s’ajoute, une autre commence. Promettons-nous de donner à l’année qui vient le meilleur de nous-même, pour la Nièvre, et pour la France. Engageons-nous à travailler sans relâche pour moins de souffrance et pour la dignité de tous.

Une année s’ajoute, qui n’a pas été ordinaire. Elle fut même très dure à travers le monde, des massacres d’Alep aux morts en Méditerranée. Elle ne nous épargna rien, cette année pleine de surprises amères, des démagogues en maraude à l’image d’un Trump, jusqu’aux nouveaux désordres des crises économiques et climatiques sans fin.
Je n’oublierai jamais ce soir de 14 juillet dans la cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon quand les lumières se rallumèrent et que la tragédie de Nice fut annoncée. Celle d’Istanbul montre que la violence ne connaît pas de trêve.
En 2016, j’ai voulu combattre les renoncements, sans donner de leçons. C’est une tâche difficile, il n’y a jamais une seule vérité. Mais j’ai pris mes responsabilités quand des décisions pour la France m’ont semblé injustes ou incompatibles avec mes engagements. J’en rendrai compte.
Il aura fallu les mots justes d’un grand navigateur, Thomas Coville, à la toute fin de 2016 pour rappeler que les épreuves et les efforts nous grandissent, que les limites peuvent être repoussées, sans pour autant perdre ses repères d’humanité et même d’humilité. Une leçon d’optimisme, enfin !

Une année commence. Comme vous, je la veux porteuses de belles transformations.
Ici dans la Nièvre, où nous inventons une ruralité moderne, et les villages du futur, je souhaite que nous soyons fier d’agir ensemble. Tordons le coup aux idées noires et au dénigrement. La Nièvre est le contraire d’un désert. Je plaide pour que nous en soyons fiers, de son histoire comme de notre présent, riche d’idées nouvelles et de solidarité. Nos chantiers ne s’interrompent jamais : maisons de santé, réseaux numériques, lieux et équipements pour accueillir les jeunes enfants et les plus anciens de nos concitoyens. Partout des projets germent, des entreprises innovent. C’est vrai, notre agriculture traverse une période extrêmement difficile. Nous devons être totalement disponible pour amortir le choc et rechercher des solutions durables.
Partout en France se retrouve cette dualité : de vrais atouts et des territoires oubliés. L’enjeu de cette année, riche en occasions, sera de retrouver un projet optimiste qui unisse et s’inspire de valeurs authentiques, qui affrontent aussi les révolutions d’aujourd’hui. Une page se tourne, nous en écrirons de nouvelles en commun. Je nous invite à lire souvent cette phrase qu’Edgar Morin publia hier d’un tweet : « Il y a ceux qui puisent leur volonté dans l’optimisme, ceux qui puisent leur volonté dans l’alarme ». Au début de 2017, je puise ma volonté dans l’alarme et dans l’optimisme.

Christian PAUL