Primaire citoyenne : je m’engage

Depuis dimanche, la droite se dresse en ordre de bataille derrière un candidat au programme d’une brutalité économique et sociale sans précédent. En embuscade, l’extrême-droite attend son heure. Révolution conservatrice ou révolution nationale, deux risques d’une immense gravité menacent notre pays.

Les gauches, dispersées dans l’épreuve du pouvoir, se condamnent à une totale impuissance et à l’effacement si elles ne savent pas se retrouver. Le courant que j’anime au sein du Parti socialiste veut contribuer à leur rassemblement. Il n’est pas trop tard. Nous avons voulu et obtenu la primaire de janvier prochain. Elle doit devenir un grand événement démocratique. Je continuerai d’agir sans relâche pour éviter la multiplication des candidatures qui affaiblit notre démarche, et pour rendre désirable une alternance à gauche en 2017.

L’inventaire lucide du quinquennat ne permet pas la réunion des gauches et des écologistes autour du président de la République. L’ambition a manqué, le renoncement s’est installé. C’est pourquoi nous devons donner de la force collective à un candidat qui sache rassembler, par son projet, sans abandonner nos idéaux humanistes, ni céder à la démagogie.

Dès aujourd’hui, j’apporte mon parrainage et mon soutien à Arnaud Montebourg pour la primaire citoyenne. Sa candidature, venue du cœur de la gauche, s’adresse à tous les Français. Elle s’attache à renouer avec la France du travail que la déception a éloigné de nous. Elle s’inspire de nos combats communs et d’une expérience gouvernementale qui n’a jamais abandonné la liberté d’innover et de penser. Cette candidature porte des idées optimistes, dont notre pays a tant besoin, mais aussi une capacité à mobiliser notre peuple et à parler au nom de la France.

Dans cette campagne, je défendrai pour notre pays l’entrée dans un nouvel âge de la démocratie, les progrès de l’égalité et des libertés, la reconquête des souverainetés pour la France et pour l’Europe. L’élection présidentielle ne peut être réduite à une croisade identitaire. La gauche l’emportera si nous savons amplifier et maîtriser les grands mouvements de la société, son ouverture au monde, les grandes transformations écologiques et numériques.

J’appelle, avec Arnaud Montebourg, à retrouver le sens et la fierté de la République.